Le Patrimoine du Couserans | Actualités
921
page-template-default,page,page-id-921,ajax_fade,page_not_loaded,

Actualités

Au Château de Seix

Le Château est ouvert de 14h30 à 19h tous les jours à partir du 6 juillet.

Zoom photographique 2019

Lentement mais sûrement, le Château de Seix poursuit la mue amorcée depuis deux ans pour devenir un espace dédié tout autant au patrimoine qu’à la création contemporaine, avec un axe fort autour de la photographie. Cet été, trois expositions à découvrir :

  • Tu connais ses silences, d’Anne Desplantez :

    la photographe a passé deux mois et demi en Couserans en 2018 lors d’une Résidence de territoire, pour construire avec les habitants un travail mêlant photos, dessins, écrits, enregistrements sonores.

    « La terre ne parle pas. Ni les nuages ni les versants des montagnes ne peuvent vous dire ce qu’il faut en penser, s’il faut les aimer ou les détester. Celui qui décide de rester là, dans ce pays où la nature rythme les jours et les saisons, celui-là doit donner un sens à ces vallées. « Au bout de chaque chemin, tu trouveras une maison » m’a-t-on dit quand je suis arrivée ici. C’était tellement ça ! Il a beaucoup plu durant deux mois, tant mieux. Cela aurait été trop simple sinon. Là, il a fallu que je me raccroche, que je cherche, que je trouve du sens pour rester, ne pas repartir. Les longueurs de la route m’ont obligée à me poser entre deux rencontres, à définir la nécessité ou pas de revenir. Est-ce comme ça que l’on comprend, un jour, d’où l’on est vraiment ?

    En même temps que je photographiais, j’ai enregistré, toutes ces voix croisées. Celles qui murmurent, celles qui pleurent, celles qui rient, celles qui crient, celles qui espèrent. Les photos m’aideront à fixer mes souvenirs, les voix les rendront plus vivants. Je suis rentrée chez moi, avec un peu de tout cela, et aussi de tout ce que je n’arriverai jamais à expliquer, tous ces moments hors du temps, hors des mots, hors des images. Plus jamais je ne reviendrai ici par hasard. »

  • Je ne me souviens plus des jeux de l’enfance, d’Anaïs Ondet (à partir du 15 juillet) :

    « Au commencement, il y a des photographies dans des pochettes, dans de grands albums, dans une multitude de boîtes en carton. Retourner dans le passé, y faire des voyages, aller fouiller durant quelques heures… Que vais-je chercher dans ces bouts de papiers glacés ? Une trace ? Une preuve que cette famille aujourd’hui éclatée est bien réelle, a bien existé ? Les autoportraits, comme figure récurrente, sont là pour interroger la relation entre le passé et le présent, pour retisser des liens entre les gens malgré les séparations. » En partenariat avec la Résidence 1+2 Toulouse.

  • Camin, d’Adrien Basse-Cathalinat – en octobre dernier, le photographe a vécu une résidence d’expérimentation et de créations artistiques au château. Utilisant les recherches menées pour l’exposition historique « Apprivoiser la montagne » comme sources d’inspiration, l’artiste a alterné des temps de marche en montagne et de prise de vues, de réflexion autour du projet en dialogue avec les archives historiques et de rencontre avec le public couserannais.
  •  

tumblr_osmhyobDat1sddpsvo1_1280Apprivoiser la montagne

Du 17e siècle à nos jours, « Apprivoiser la montagne » ambitionne de retracer une histoire de la connaissance de l’espace montagnard couserannais, dans le contexte du massif pyrénéen. Certes, ces lieux sont peuplés depuis fort longtemps et sillonnés par les bergers, les colporteurs et les contrebandiers… mais depuis quand sont-ils devenus objets d’études, d’inventaires, de relevés : un territoire qui au-delà de l’espace vécu, existe aussi sur le papier, dont la connaissance peut être diffusée, débattue, exploitée ?

L’exposition s’attache à retracer cette « découverte du Couserans » à travers les premiers récits de « voyage aux Pyrénées », les projets de cartographie, les explorations et les conquêtes des sommets, les aménagements liés à l’essor industriel du territoire, les travaux des pionniers de la recherche scientifique, géographes, géologues, historiens, ethnologues…, les excursions photographiques, mais aussi les appropriations littéraires et artistiques de cet univers, du Traité des Pyrénées (1659) jusqu’à l’orée du XXe siècle.