Le Patrimoine du Couserans | Le Port de Salau
4227
page,page-id-4227,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,

Le Port de Salau

Cantine Port de Salau juillet 2012 photo Pauline Chaboussou

Principale voie entre Pallars et Couserans , chemin le plus court entre le Midi toulousain et la Catalogne, le port de Salau fut emprunté depuis les temps les plus anciens et représenta pendant 20 siècles un important passage transfrontalier.

Au 19e siècle, l’industrie papetière qui depuis deux siècles s’est développée le long du Salat, manque de bois ; les forêts couserannaises, bien moins étendues que de nos jours, ne permettent pas de répondre à la demande. On finit par rechercher cette ressource côté espagnol, dans la forêt de sapins de Bonabé, sur la Noguera Pallaresa. En 1874, la société Caujolle, de Cadarcet, ouvre une piste carrossable, mais les travaux s’arrêtent en chemin. A la fin du siècle, l’entreprise Matussière et Forest rachète la coupe et se lance dans la grande aventure industrielle du débardage par câble, une entreprise sans précédent dans les Pyrénées. Scan CP arrivée du bois à la station de Salau coll. Annie RieuA Bonabé, un véritable village voit le jour pour une centaine d’ouvriers – bûcherons et scieurs – à majorité espagnols. On construit au Port de Salau, à 2053 mètres d’altitude, une bâtisse de 100 mètres de long, dite « la Cantine », et à Salau même, une vaste râperie. La pâte à papier est ensuite acheminée par camions à l’usine de Lédar à Saint-Girons.

L’épuisement de la forêt, l’usure du câble, la mobilisation des travailleurs pendant la guerre de 14-18 ralentissent l’exploitation. Dès 1917, la râperie est transférée à Lédar. Le bâtiment du Port est laissé à l’abandon. Lieu d’intersection entre le Couserans et le Pallars, sur le chemin de l’exil républicain espagnol, des passeurs pendant la Deuxième Guerre mondiale, cette bâtisse fortement dégradée reste le témoin de la mémoire industrielle des hommes, et au-delà, d’une histoire pluriséculaire d’échanges entre la France et la Catalogne.

D’importants travaux de restauration sont à accomplir pour sauver la « Cantine ». Les voûtes menacent de s’écrouler et présentent un danger pour les randonneurs qui s’aventureraient à proximité. L’Association Pour les Initiatives Culturelles Transfrontalières de la Vallée du Salat lance un appel aux dons pour contribuer au financement de ces travaux. La Fondation Crédit Agricole Sud-Méditerranée a déjà répondu présente en apportant un important mécénat. Une souscription publique est ouverte : via la Fondation du Patrimoine, le don est déductible de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66% de son montant.

Pujada 2 Annie RieuPujada al Port de Salau, convivencia & paratge

Le premier dimanche d’août est célébrée la Pujada (30e édition en 2017!), rencontre transfrontalière au Port de Salau pour l’amitié occitano-catalane, le soutien aux langues et cultures, la mémoire de la frontière. Les randonneurs partagent le fromage apporté de France et le vin venu d’Espagne. Danses, chants et musique animent les lieux de 11h à 16h. Renseignements sur le site de l’ASPIC, clic.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe chemin de randonnée qui mène au Port, à travers un paysage grandiose, offre l’occasion de découvrir cette histoire et ses vestiges : huit panneaux en français et en catalan jalonnent la montée et racontent l’histoire de la commanderie de Salau, de la gleyseta Saint-Jean redécouverte en 2012 lors d’un sondage archéologique, des lies et passeries, de la voie médiévale entre Mas d’Azil et Isil, du réseau de renseignement Wi-Wi…