Le Patrimoine du Couserans | Le village de Galey
4218
page,page-id-4218,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,

Le village de Galey

P1000875-WSituée à l’ouest du Couserans, la vallée de la Bellongue remonte d’Audressein jusqu’à Saint-Lary. Elle fut certainement de longue date un lieu de passage reliant le Couserans au Comminges par le col de Portet d’Aspet de relativement faible altitude (1069m) et en conséquence un lieu d’habitation. Galey, la plus haute commune de la vallée située sur la soulane à 800m d’altitude, ne fut habité que plus tardivement. Les premiers écrits à ce sujet sont issus du cartulaire des Templiers de Montsaunès et font état de droits qu’ils ont acquis à Galey, dont le plus ancien est un acte du 19 novembre 1177 : « …lo casal de Sent Quinti… El soberdit casal es a Galaer en la Bad longa… »

L’église Saint-Pierre de Galey dont la partie romane date du XIIe siècle est entourée de son cimetière, comme cela se faisait à partir du IXe et surtout du Xe siècle, et est construite un peu à l’écart et en hauteur selon une pratique assez commune dans la vallée. Le village devait donc exister depuis un certain temps déjà, sans doute vers l’an mille ou peut-être un peu avant. D’après des études assez concordantes Galaer viendrait de gal « rocher escarpé, promontoire », et non pas de « source chaude » comme on le dit quelquefois, et dont on n’a d’ailleurs aucune trace à Galey.

P1070903-WAu XVe siècle l’église fut allongée de 2 travées vers l’est, faisant disparaître le chevet roman dont on ne sait rien. Au XVIIe et XVIIIe l’ensemble fut doublé d’une autre nef vers le nord, achevant de modifier la partie romane, y compris sans doute les piliers et chapiteaux. En 1990 un sondage sur la voûte faisait apparaître un personnage. C’est seulement en 2013 que la municipalité et l’association Galey Patrimoine purent décider de faire découvrir les 3 voûtes romanes. Une fresque fin XVe apparut en face de la porte d’entrée et qui reste encore à terminer pour traitement des lacunes et harmonisation. Le reste est constitué d’un faux appareillage. Seul un dessin coloré de quelques décimètres carrés serait d’origine romane. La partie la plus caractéristique et en bon état de conservation à Galey est la frise extérieure en haut du mur sud et qui délimite la partie romane. Elle a l’avantage de pouvoir être observée à hauteur des yeux dans le musée d’Art sacré qui s’appuie contre l’église.

Le village, aux petites rues pavées superbement fleuries, s’enorgueillit de deux autres édifices tout aussi intéressants: la chapelle Saint-Quintin avec son retable historié du 16e siècle, et la chapelle du Calvaire, dont le parvis offre un magnifique panorama sur les montagnes du Castillonnais.

Église et musée d’Art sacré sont ouvert avec visites guidées pendant la belle saison, et sur demande une grande partie de l’année, ainsi que pour d’autres points d’intérêt de Galey.