Le Patrimoine du Couserans | L’Exposition (Montreurs d’Ours)
142
page-template-default,page,page-id-142,ajax_fade,page_not_loaded,

L’Exposition

 

bouton ours expos bouton ours asso bouton ours infos pratiques

L’exposition permanente sur les Montreurs d’ours et les Américains des vallées de l’Alet et du Garbet

La première partie de l’exposition s’attache à présenter le « personnage du montreur d’ours », par l’intermédiaire de repères historiques. Les dates clés sont pointées ainsi que les images fortes constitutives de la renommée de cette activité.

La présentation du contexte social dans lequel sont apparus les oussailhès introduit le propos qui se poursuit avec l’histoire de la relation entre l’homme et l’ours d’hier à aujourd’hui.

La seconde partie aborde l’activité en tant que telle du point de vue pratique, du dressage jusqu’au départ. L’errance qui y est décrite permet au visiteur de prendre conscience des contraintes du métier, des aléas et de la rudesse de cette vie. Mais c’est aussi l’occasion de parler de voyage, de paysages et des merveilles que le montreur d’ours ne manquera pas de partager à son retour avec les siens. L’idée de la liberté transparaît de ces récits. Celle de la découverte aussi qui s’offrit à ces hommes qui n’auraient, comme leurs aînés, peut-être jamais quitté leur vallée sans ce contexte bien particulier.

Le thème de la législation permet la transition avec la troisième partie de l’exposition. L’interdiction d’exhiber des animaux sauvages aux États Unis contraint le montreur d’ours à changer d’activité. Le récit nous conduit vers la filière new-yorkaise et les métiers de bouche jusqu’aux années soixante-dix.

Un dispositif ludique est proposé à l’intention des enfants : un puzzle planisphère géant à reconstituer où il s’agit de retracer les itinéraires parcourus par les montreurs d’ours au moyen de figurines.

En fin d’exposition la lecture des « albums de famille », sur un grand pupitre, peut se prolonger. Ces albums présentent des documents iconographiques variés et des articles repris du Bulletin « Mémoire du Garbet » pour permettre au visiteur d’aller plus loin dans la découverte des montreurs d’ours.